Un vent de changement souffle sur le Québec

Le rêve de changement du Québec s'est fait ressentir lors des élections historiques du 1er octobre 2018.

Le 1er octobre dernier la Coalition Avenir Québec (CAQ) a été élue comme gouvernement majoritaire avec 74 sièges à l'assemblée nationale. Cette victoire vient mettre fin à plus de quarante années de règne libéral et péquiste au sein du gouvernement provincial.

Cette campagne électorale aura, selon moi, un grand impact sur l'avenir du Québec. En effet, la population a signifié son désir de changement de plusieurs façons. Parmi ces façons, on retrouve l'élection d'un nouveau parti qui n'a jamais été pouvoir par le passé. Certains diront que c'est parce que le peuple ne voulait plus du Parti Libéral au pouvoir. Cependant, en analysant la campagne de François Legault qui misait sur le changement qu'un parti n'ayant jamais été au pouvoir pouvait apporté, je crois que c'est d'avantage cette approche qui a permis à la CAQ d'obtenir cette victoire.

Le nombre record de candidats de Québec Solidaire (QS) qui ont été élus, soit 10, indique lui aussi le vent de changement qui souffle sur le Québec. En effet, la hausse en popularité de ce parti aux idées plus socialistes prouve un certain désir de changement dans la politique québécoise. Il est à rappeler que le Québec est une société basée sur le capitalisme. De plus, le résultat des simulations de vote dans les écoles prononçait un gouvernement QS minoritaire. Ces électeurs de demain auront dans les prochaines années un poids important dans la société ainsi qu'une influence énorme sur les prochaines élections. Il est possible de dire que, si la tendance se maintient, le nombre de députés QS continuera d'augmenter.

Il est important de souligner la défaite historique du Parti Québécois (PQ). Cette baisse de popularité énorme de ce parti indique cependant que le Québec n'a pas l'intention de tout changer. Je pense qu'une corrélation peut donc être faite avec le désintérêt de la population envers la souveraineté de la province. Il va s'en dire que certaines erreurs ont été commises par le chef du PQ pendant la campagne, mais le message était prononcé d'avance lorsqu'on regardait les sondages qui sortaient sur une bonne fréquence.

Je crois qu'il est important de remarquer le nombre impressionnants de partis enregistrés auprès du Directeur général des élections du Québec (DGEC). Lors de ces élections, on en comptait une vingtaine, soit un record. La création de tous ces partis permet de voir le désir de changement puisqu'elle est mené par le désir d'apporter de nouvelles idées au gouvernement.

Seules les prochaines années sauront nous dire si le peuple québécois a soufflé du bon côté. Entre temps le Premier Ministre Legault a déjà fait part des premiers dossiers auxquels il souhaite que son gouvernement travail.