Campagne électorale historique pour Québec solidaire

Guillaume Whalen

Malgré l'élection décisive d'un gouvernement de la Coalition Avenir Québec avec 74 députés élus, Québec solidaire dit sortir gagnante de cette longue campagne électorale grâce à ses dix candidats confirmés qui siègeront à l’Assemblée nationale.

« Nous misons beaucoup sur l’importante visibilité que nous allons avoir au cours des quatre prochaines années pour gagner la confiance des Québécois », a affirmé Amir Khadir, l’ancien porte-parole de Québec solidaire et député dans Mercier, qui a assisté à la soirée électorale des solidaires à la salle de spectacle L’Olympia. Il a comparé sa situation à celle du parti défunt de l’ADQ (Action démocratique du Québec) qui, en 2003, avait seulement quatre députés pour finalement en faire élire 41 en 2007.

Un tel gain en popularité aux quatre coins du Québec s’explique par la force exemplaire de Québec solidaire sur le terrain pour gagner le coeur des électeurs, selon Amir Khadir. « Nous travaillons d'arrache-pied depuis dix ans dans certains comtés tels que Taschereau et Laurier-Dorion. Nous avons fait de vraies campagnes avec des objectifs précis contrairement à la CAQ qui s’est construit une popularité grâce aux médias», a-t-il renchéri.

Souvent relégué en marge de l’échiquier politique québécois, les trois députés de Québec solidaire étaient considérés comme de simples figurants à l’Assemblée nationale en raison de leur faible présence, a rappelé Gabriel Nadeau-Dubois. « Dorénavant, nous ferons entendre la voix des gens ordinaires à Québec », a affirmé Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole du parti et député réélu dans Gouin.

Une énergie survoltée à l’Olympia

Environ mille personnes se sont agglutinées à l’Olympia pour célébrer une « campagne couronnée de succès » de Québec solidaire. Bien que les pronostics établis par les sondages ont été respectés, c’est-à-dire l’élection d’un gouvernement majoritaire caquiste et d’une opposition officielle libérale, les fidèles du parti ont fêté toute la soirée.

La grande surprise du dépouillement des bulletins de vote a été la grande perte de confiance envers le Parti québécois au profit de Québec solidaire — un renversement de situation par rapport aux campagnes précédentes. Par ailleurs, l’Olympia a tremblé lorsqu’on a annoncé la victoire de l’ex-journaliste de La Presse Vincent Marissal dans Rosemont au détriment du chef du Parti Québécois Jean-François Lisée.

En conclusion à cette soirée endiablée où l’extase était partagée par tous les partisans du parti, Gabriel Nadeau-Dubois a scandé : « Attachez votre tuque avec de la broche parce que Québec solidaire va se battre pour empêcher vos mauvaises décisions à nuire aux québécois. »  

«Surtout, Québec solidaire prouve qu’il n’est pas un parti destiné pour les gens du Plateau Mont-Royal », a pour sa part lancé dans son discours final Manon Massé, la co-porte-parole du parti.

Bien que Québec solidaire ait fait élire une dizaine de candidats sur 125, le parti promet de bien rester à gauche et de ne pas se repositionner vers des politiques plus de droite pour séduire les électeurs; l’environnement demeurera sa priorité. QS espère surtout que le mode de scrutin sera modifié car moins de 50% des Québécois ont voté pour la CAQ, le nouveau gouvernement majoritaire pour les quatre prochaines années.

Crédit La Presse

Author image

Journalisme UQAM

Meilleur programme de journalisme de langue française de ce côté-ci de l'Atlantique
  • Montréal