Lisée considère sa mission accomplie

Charles Mathieu

«La mission [du Parti québécois] a été accomplie», a affirmé Jean-François Lisée lors d’une mêlée de presse à Rosemont, après avoir exercé son droit de vote.

«Je me sens calme, je sens que la mission est accomplie. On a été clair avec les Québécois, on a été crédible. On a été à la rencontre des Québécois. Je suis très satisfait de la campagne», a-t-il déclaré lundi matin aux journalistes devant son local électoral.

Cette mêlée journalistique a permis à Jean-François Lisée de s’opposer à la nouvelle entente commerciale conclue dimanche soir entre le Canada et les États-Unis, laquelle accorde 3,56% le marché des produits laitiers à nos voisins du Sud, enlevant ainsi une part du marché aux producteurs québécois. «C’est une honte, c’est une honte pour le Canada et c’est une honte pour le Québec. Il n’y a pas de compromis, le Québec perd, et l’Ontario gagne», a décrié Jean-François Lisée, dont l’opinion a été partagée par ses principaux adversaires politiques.

M. Lisée a affirmé que s’il est élu premier ministre, il mettra toutes les options sur la table pour «empêcher que cet accord coûte à des dizaines et des dizaines de fermes laitières au Québec», mais la victoire est loin d’être assurée. Lundi, l’ex-journaliste Vincent Marissal, candidat pour Québec solidaire dans Rosemont, récoltait 31,4% des intentions de vote, contre 29,2% pour Jean-François Lisée, selon le site de prédictions électorales Qc125. Pour le Parti libéral et la Coalition avenir Québec, les intentions de vote étaient respectivement de 17,5% et de 19,5%. Qc125 estime que les chances de victoire du PQ dans Rosemont, considérées comme un château fort péquiste depuis 1994, sont de seulement 35%, contre 65% pour QS.

Suite aux propos de M. Lisée lors du Face à face 2018, le débat des chefs diffusé par le réseau TVA le 20 septembre, concernant la structure interne de Québec solidaire, les tensions entre les deux partis de gauche ont monté. QS n’a pas hésité à dénoncer le caractère «désorienté» du chef péquiste. «Jean-François Lisée est désespéré et a perdu le sens des priorités, affirmait Gabriel Nadeau-Dubois en conférence de presse au lendemain de ce débat. Je peux vous dire qu’on a de très bons chiffres de pointage dans Rosemont à l’heure actuelle».

Malgré tout, Jean-François Lisée reste confiant. Lorsque questionné sur les résultats de ce soir et de sa préparation au résultat, l’aspirant premier ministre a affirmé avoir seulement deux brouillons de discours: «un [s’il est] élu majoritaire, et l’autre [s’il est] élu minoritaire».

Author image

Journalisme UQAM

Meilleur programme de journalisme de langue française de ce côté-ci de l'Atlantique
  • Montréal