La Couronne Nord demeure caquiste

Stéphanie Prévost

Cette belle journée est signe de changement pour le Québec, selon plusieurs électeurs des Basses-Laurentides, mais dans les circonscriptions, pas question de changer de camp.

L’atmosphère est calme en ce début de journée d’élection. Le va-et-vient se fait dans les différents bureaux de vote de la Couronne Nord de Montréal. « La température devrait aider à ce que le monde aille voter », dit un homme près de l’École de la Clé-des-Champs à St-Augustin dans la circonscription de Mirabel. Les commentaires un peu partout étaient clairs: tous voulaient du changement.

À Mirabel, les quelques écoles disponibles étaient prêtes pour permettre aux citoyens de voter. Cette circonscription est composée de Mirabel, Kanesatake, Oka, Pointe-Calumet, Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Saint-Joseph-du-Lac et Saint-Placide. Le flot était constant, bien que très tranquille. Chacun en ressortait avec le sourire, ayant fait leur choix sur la grande quantité des choix possibles. « Je suis estomaqué d’avoir autant de candidatures », explique Jean-Luc, un citoyen du comté.

Du côté de Blainville, dont fait également partie Bois-des-Fillion et Lorraine, il y avait huit candidats présents. « C’est mélangeant », dit Johanne, une femme croisée devant l’école Plateau St-Louis. Le taux de vote à 16h était à 45,42%. La présence des électeurs était bien peu perceptible.

Dans Groulx, qui comprend les villes de Sainte-Thérèse, Boisbriand et Rosemère, le taux de participation à 16h montait à 43,82%. Beaucoup entraient rapidement pour voter, se dépêchant avant de retourner travailler. Peu de gens semblaient vouloir donner leur avis. « Je n’ai pas vraiment le temps » et « je suis pressé » sont des phrases qui ont été entendues régulièrement sur le terrain.

Depuis plusieurs élections, la Couronne Nord de Montréal est bleue. Pendant longtemps, le Parti québécois a été le représentant majoritaire des diverses circonscriptions sur le territoire. Mais depuis 2012, la CAQ a pris les devants, remportant entre autres Groulx et Blainville. Mirabel est conquise depuis 2014 par la CAQ, reprise aux dernières élections aux dépens du PQ.

Aux dernières élections, c’était Sylvie d’Amours, une caquiste, qui était députée de Mirabel avec 39,2% des voix. Elle réitère sa demande de représenter le comté pour ceux qui voudront voter pour elle. Mais tout au long des 39 jours de la campagne, son gain était presque certain.

Dans Groulx, Claude Surprenant avait en main la circonscription avec 30,9% des votes dans la région. Ce candidat avait été élu avec la CAQ, puis est devenu indépendant à la suite de son expulsion du parti. Bien peu de gens pensaient qu’il avait une chance face aux gros partis comme le Parti libéral et la Coalition avenir Québec.

Finalement, dans Blainville, Mario Laframboise avait eu 33,9% des votes, donnant la circonscription à la CAQ. La lutte pendant la campagne électorale n’a pas été compliquée pour lui, étant presque assuré de la victoire vu l’amour que ses citoyens avaient pour lui. « C’est sûr, c’est Laframboise qui passe », confirme une femme qui n’a pas voulu donner son nom.

Au final, la CAQ a pris les trois comtés. Mirabel est retournée aux mains de Sylvie d’Amours, Mario Laframboise a repris Blainville et Éric Girard arrive dans Groulx, reprenant le flambeau de son ancien collègue caquiste.

Crédit photo: Radio-Canada

Author image

Journalisme UQAM

Meilleur programme de journalisme de langue française de ce côté-ci de l'Atlantique
  • Montréal