La Coalition avenir Québec s’empare de la ville de Québec

Alex Gonthier
Un vrai raz-de-marée caquiste a conquis la ville de Québec. Même avec une forte majorité libérale dans les dernières années, la CAQ a repris une partie de terrain incroyable au cours des derniers mois.

Un ancien partisan péquiste, Jacques Pitre, s’est dit découragé par le programme du Parti québécois et a mentionné que « le programme […] de la CAQ est venu [le] chercher. […] Avec le projet du troisième lien, je pense aux gens qui m’entourent et je crois qu’ils pourraient en profiter. […] C’est sûr que je souhaite qu’ils gagnent, mais je souhaite surtout qu’il soit majoritaire », mentionne-t-il.

Au rassemblement du parti, dès 20 h 14, l'ambiance était à la fête. Les partisans et députés de la Coalition avenir Québec annonçaient « un grand vent de changement » à la lumière des données annoncées. « Tout est possible, on vise tous les comptés dans la région de Québec », disait Claire Samson, députée d’Iberville.

Même s’il a été élu de nouveau, Éric Caire, député de La Peltrie, affirme que cette campagne a été « extrêmement difficile », mais que c’est ça, faire de la politique.

Mécanique de la soirée

Le Centre des congrès de Québec semblait être un choix évident pour les organisateurs de la soirée électorale caquiste.

Alors que la salle 2000A du Centre des congrès de Québec ne peut accueillir qu’environ 1100 personnes, les organisateurs de la soirée électorale caquistes attendaient « plus de 1000 personnes », selon Dominique Salgado. Comprenant députés, journalistes, presse et médias ainsi que plusieurs partisans, ce rassemblement fut en date d’aujourd’hui l’un des plus grands rassemblements caquistes vu jusqu’à maintenant.

Calme au Centre des congrès de Québec cet après-midi

Alors que l’ambiance était plutôt calme en fin d’après-midi lorsque Legault s’est présenté au Centre des congrès de Québec où il a pratiqué son discours, c’était une tout autre histoire en fin de soirée. En effet, en après-midi, Legault semblait confiant, heureux, et même, presque détendu. Se disant toutefois nerveux de la soirée à venir, il montrait un air confiant et assuré.

L’arrivée de partisans de la CAQ s’est faite dans les alentours de 19 h 20, alors que les organisateurs de la soirée ouvraient les portes de salle à 20 h. En ce qui concerne les candidats, ceux-ci ont joint l’événement un peu plus tard, vers les 20 h. C’est alors que l’agitation médiatique a débuté.

Dans l’attente du début de la soirée électorale, la députée de Jacques-Cartier, Karen Hilchey, qui a pour idole Lisette Lapointe, s’est confiée sur ses ambitions si elle venait à se faire élire ce soir. « Je veux que l’aliénation parentale soit inscrite dans le Code criminel […] n’importe qui étant impliqué là-dedans, je veux qu’on puisse les suivre », disait Hilchey.

Crédit photo: Le Devoir

Author image

Journalisme UQAM

Meilleur programme de journalisme de langue française de ce côté-ci de l'Atlantique
  • Montréal