Westmount-Saint-Louis : immigration et économie au coeur des préoccupations

À quelques semaines des élections, les candidats se concentrent sur les familles et les étudiants, dans une circonscription à majorité anglophone et jeune.

Les enjeux de cette campagne électorale à Westmount–Saint-Louis sont la baisse de l’immigration, des impôts et des frais de scolarités.Plusieurs problématiques agitent le quotidien des habitants de la région.

Immigration

Les enjeux locaux rejoignent les enjeux nationaux. La problématique autour de l’immigration reste au cœur des débats. Certains partis parleraient d’imposer une limite de nombres d’entrées d’immigrant sur le territoire québécois.

Michelle Morin, grâce à sa mère immigrante, se tend vers les questions d’établissements au Québec. La CAQ désire abaisser la moyenne de migrants à 20 %, d’après leur site. Le but étant de leur offrir des conditions favorables à leur arrivée et intégration.

Taxes et impôts

Nicholas Lawson, candidat du nouveau parti démocratique québécois (NPDQ), souhaiterait s’occuper des familles. Dans son approche économique, la baisse des impôts est selon lui une manière de préserver les citoyens.

« La diminution des impôts locaux aiderait certaines familles en difficulté à Westmount–Saint-Louis », affirme le candidat du parti progressiste gauche.

Westmount–Saint-Louis fait partie des régions les plus taxées au Québec, conformément à l’analyse de TC Media. Un contribuable payait en 2016, 44 348 $ d’impôt. Contrairement à la communauté de Boucherville, qui déboursait 10 977 $ la même année.

Pour Michelle Morin, candidate de Coalition Avenir Québec, il s’agit du même combat. La lutte contre les taxes fait partie d’un des piliers de la campagne du parti centre droit.

Vers un enseignement gratuit ?

Dans cette même lignée, les candidats veulent réduire incommensurablement les coûts des ménages. L’éducation représente un montant élevé dans les budgets des ménages. Alléger ce coût, voire de le supprimer sur le long terme, permettrait aux citoyens de souffler sur leurs dépenses.

« Notre objectif est de baisser les frais de scolarité, surtout après le secondaire », confirme Monsieur Nicholas Lawson.

L’Université de Montréal qui se situe dans Westmount possède des droits de scolarités plus chers qu’à l’Université du Québec à Montréal.

Comparativement, un étudiant québécois en premier cycle paiera 1 700,93 $ de frais de scolarité à l’UDEM, au lieu de 1 227,75 $ à l’UQAM, d’après les estimations des deux sites respectifs.

Environnement

En termes d’empreinte écologique, les candidats aspirent à lutter contre les gaz à effet de serre. L’aspect environnemental est une problématique non négligeable dans cette campagne.

« Nous voulons mettre en place des énergies plus propres, telles que les voitures électriques », confie le candidat du NPDQ.

L’objectif principal de ces élections pour les candidats est de se rapprocher des Québécois au maximum. Chacun des candidats représente à leur manière une partie distincte de la population. Nicholas Lawson, incarne par ses origines, la population anglophone du comté.

La province regroupe Westmount et Saint-Louis. La circonscription se situe vers le centre est de Montréal. Depuis 1994, Jacques Chagnon est le député du comté du Parti Libéral.

Vingt-quatre ans après, le parti libéral réussira-t-il à reconquérir le cœur des citoyens de Westmount–Saint-Louis ?