Vachon: le combat des recrues

La circonscription de Vachon se transforme en champ de bataille jusqu'au 1er octobre alors que les candidats des quatre principaux partis, tous des recrues, font campagne sur des terres aux couleurs péquistes. Portrait de la lutte électorale.

La Coalition Avenir Québec (CAQ) présente un de ses candidats les plus médiatisés dans la circonscription de Vachon; Ian Lafrenière. Natif de Granby, M. Lafrenière avait été impliqué dans une controverse avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) en 2016. Il était chef des communications du SPVM jusqu'à son entrée remarquée en politique.

Les analystes politiques de partout au Québec gardent un oeil sur le nouveau candidat de la CAQ.

Le parti Québec solidaire (QS) est représenté par André Vincent, ex-chef de services à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Âgé de 72 ans, M. Vincent a également travaillé comme gestionnaire de programme liés à la réadaptation.

Du côté du Parti Libéral du Québec (PLQ), Linda Caron se présente comme candidate. Native de Saint-Hubert, dans la circonscription de Vachon, Mme Caron est présidente de la Commission politique nationale de son parti.

Le Parti Québécois (PQ) est quant à lui représenté par Patrick Ney, attaché politique de l'actuelle députée de Vachon, Martine Ouellet. Lorsque Mme Ouellet a décidé de devenir députée indépendante en début d'année, M. Ney s'est proposé pour se présenter sous la bannière du PQ dans sa circonscription.

Le PLQ n'a pas battu le PQ dans Vachon depuis près de 30 ans, mais il n'est jamais loin derrière.

Il s'avère que le Parti Québécois n'a pas perdu une élection dans le comté de Vachon depuis 1989, selon Élections Québec. Cependant, les libéraux ont souvent talonné les péquistes. «C'était chaud aux dernières élections», se remémore Martin Cayouette alors qu'il installe une pancarte de Patrick Ney sur un poteau jusque-là réquisitionné par sa rivale libérale. À peine 0,5% séparaient les deux partis en 2014.

Mêmes couleurs, nouvelles teintes

Quatre ans plus tard, les préoccupations ont changé, selon M. Cayouette. «On dirait que les sujet [en lien avec] l'éducation sont en train de prendre le dessus sur la santé», remarque-t-il avec réjouissance.

Le transport a aussi une place de choix dans les conversations. Martin Cayouette est intrigué par une «sorte d'unanimité» qui, à son avis, se développe entre les principaux partis. «[En matière de transport], les partis de droite s'en vont au centre», ajoute-t-il. Il trouve néanmoins «amusant» de voir l'actuel Premier ministre «aussi généreux» avec sa proposition fraîchement annoncée du transport en commun gratuit pour les étudiants et les aînés.

Pour sa part, le commerçant Claude Leclerc reste sur ses gardes. «Pour redonner de l'argent, il faut qu'il en enlèvent avant», ironise-t-il. Selon lui, le plus grand enjeu demeure «[d'] aller faire voter». En 2014, Élections Québec chiffrait le taux de participation dans la circonscription de Vachon a 75%, soit 4% de plus que la moyenne provinciale.

Pour convaincre les citoyens de Vachon d'exercer leur droit de vote, Martin Cayouettte soutient qu'il faudra «jouer sur tous les plans [et] rencontrer le plus de gens possible». Étant tous des recrues, les candidats devront redoubler d'ardeur s'ils veulent se démarquer dans une lutte qui s'annonce serrée