Westmount-Saint-Louis: une circonscription aux deux visages

La circonscription électorale de Westmount-Saint-Louis détonne et nous propose deux faces fort différentes. D'un côté, un quartier paisible et luxueux, de l'autre, un centre-ville actif. Mais de nombreux défis se profilent à l'horizon. Si la stabilité politique est présente, des écarts se créent entre les plus aisés et les plus précaires.

S'il y a bien une circonscription où les élections paraissent jouées d'avance, il s'agit bien de Westmount-Saint-Louis. Acquis de longue date au Parti libéral du Québec, la question ne semble plus de savoir quel parti va gagner, mais plutôt avec quel pourcentage les libéraux l'emporteront. Pour tenter d'inverser la tendance, Québec solidaire représente, au même titre que la Coalition avenir Québec, un des piliers de l'opposition, avec sa candidate Ekaterina Piskunova.

Une population anglophone

Il s'agit probablement d'un des points clé des élections à Westmount : la question linguistique. Le grand nombre d'anglophones (47,2%) a récemment fait pression pour obtenir un candidat de même langue qu'eux. Ils ont obtenu gain de cause avec la candidate libérale Jennifer Maccarone. Exit donc le député sortant Jacques Chagnon. Le fossé entre anglophones et francophones risque de se creuser davantage.

Les prix immobiliers

C'est assurément l'aspect le plus visible de Westmount. Ses grandes maisons dans des quartiers reculés offrent à ses habitants une calme certain. Mais cette tranquillité à un prix. Westmount possède le prix moyen de l'immobilier le plus cher du Québec (957 595 dollars). Comme nous l'explique N. Ross de l'agence immobilière Royale Le Page Héritage : " La situation est idéale, puisque les maisons sont juste à côté du centre-ville". Mais ce centre-ville abrite pour sa part des appartements plus modestes. Un contraste important dans cette circonscription, où les grandes maisons de cette agence immobilière semblent majoritairement anglophones : " Je dirais qu'ils représentent 60% de notre clientèle".

Non loin des quartiers résidentiels, se trouve le centre-ville.

Chômage et inégalités salariales

Un défi que le parti vainqueur de ces élections devra relever, sera celui du chômage. Pas moins de 11% de la population de Westmount se retrouve sans emploi. Un taux qui flirte avec les plus hauts de Montréal.

L'avenue Greene, une des principales rue commerçante de Westmount.

Malgré ce taux de chômage élevé, dans les boutiques du luxueux quartier de Westmount, les affaires fleurissent, comme l'annonce un vendeur de Ça va de soi : "Oui, ça fonctionne bien. Grâce à notre clientèle". Cela s'explique notamment par des inégalités salariales importantes, les plus hautes du Québec. Avec un indice d'inégalité de 1,846, cela représente 77.399 dollars de différence entre le revenu moyen et médian.

Cette année encore, le PLQ semble favori. Mais Québec solidaire pourrait profiter des différences entre les deux mondes de Westmount, et s'imposer comme un solide outsider. Pour connaître le dénouement de cette campagne, rendez-vous le 1er octobre.

Affiche électorale de Québec Solidaire