Montarville : vers un troisième règne caquiste ?

Que la guerre commence dans la circonscription de Montarville ou quatre candidats se partagent la confiance et la méfiance des résidents de Boucherville et de St-Bruno.

Ce sont des citoyens conscientisés et on l’espère éclairés, qui se présenteront à l’urne le 1er octobre prochain. C’est pourquoi, tout au long de la campagne, les quatre prétendants se sont donné trois rendez-vous publics (débat électoral). Le premier s’est tenu à l’église Mount Bruno United et ce, dans une salle pleine. Le deuxième se déroulera à l’école secondaire DeMortagne de Boucherville puis le troisième sera diffusé sur les ondes de TVRS. Voilà néanmoins un processus nécessaire puisque la circonscription a obtenu le plus haut taux de participation en 2012 et le deuxième plus haut en 2014.

De gauche à droite les candidats de Montarville; Ludovic Grisé Farand (PLQ), Caroline Charrette (QS), Nathalie Roy (CAQ), Daniel Michelin (PQ).

Nathalie Roy candidate pour la coalition Avenir Québec et députée sortante, élue en 2012 espère avoir l'ultime privilège d'être réélue et que son chef M. Legault devienne premier ministre pour enfin avoir la possibilité de mener à termes ses projets. Député du Parti Québécois, Daniel Michelin veut, avec son expérience changer la façon de faire la politique en mettant de l'avant la crise climatique, les inégalités sociales et la question nationale. La multidisciplinaire Caroline Charrette se lance en politique portant fièrement les couleurs de Québec Solidaire pour la question environnementale, les inégalités sociales et la reconnaissance du travail invisible.

Quant au jeune Ludovic Grisé Farand, il a laissé tomber sa carrière de comptable pour faire quelque sept mille portes à portes et ainsi échantillonnerBoucherville et St-Bruno faisant partie de l’agglomération de Longueuil il va de soi que l’appartenance à celle-ci devient un enjeu important dans la circonscription. Jusqu’à présent, tous proposent une révision de cette formule qui rend très difficile la  les besoin des citoyens, il représente le Parti Libéral du Québec.  

Boucherville et St-Bruno faisant partie de l’agglomération de Longueuil, il va de soi que l’appartenance à celle-ci devient un enjeu important dans la circonscription. Jusqu’à présent, tous proposent une révision de cette formule qui rend très difficile la participation citoyenne en plus de générer des inégalités fiscales. La santé est également un thème primordial, les cliniques désertant de plus en plus la région. Le manque de main-d’œuvre est flagrant et les ambulances de la région se dirigent présentement vers l’hôpital de St-hyacinthe puisque Pierre-Boucher et Charles Lemoyne (faisant partie de l’agglomération) ne sont pas en état d’accueillir les ambulances de Montarville. Sans parler des conditions de travail des infirmières. Catherine Gauthier, finissante en Science-Infirmière, stagiaire et préposé aux bénéficiaires aux hôpitaux Pierre-Boucher et Charles-Lemoyne se dit préoccupé des conditions de travail dans lesquelles elle risque d’évoluer :

« Y’a tellement de besoin sur tellement de plans, les préposés, on les cherche ça serait bien d’en avoir plus, nos pauses sont sautées, le temps supplémentaire obligatoire, y’a des filles qui font deux seize heures collées…»

Outre dans le système de la santé la problématique de la main-d’œuvre se fait également ressentir dans le milieu de l’éducation. Bien qu’est présentement proposé de réinvestir dans ce milieu ce ne semble pas être la solution au vrai problème, du moins selon Julie Veronneau, directrice adjointe de l’école des Jeunes Découvreurs de Boucherville :

« Est-ce que c’est réaliste ? A-t-on le bassin de ressources humaines pour le faire ? Par exemple, l’année dernière, dans une école à Boucherville, […] milieu de femmes donc beaucoup de congés de maternité et deux professionnelles sont parties en congés et les ressources pour les remplacer n’étaient pas présentent. Donc toute l’année cette école n’avait pas de psychologue de l’année et pendant une bonne partie, pas de psychoéducation par manque de main d’œuvre. »

Les besoins sont présents et les enjeux sont nombreux. Reste à savoir sur quoi vont se concentrer les candidats, et si, Nathalie Roy sera pour un troisième mandat consécutif, la femme de confiance ?

Ma très jeune tchass en compagnie de Ludovic Grisé Farand.