Verchères en quête de reconnaissance

Longtemps une région négligée et peu attirante économiquement, la circonscription de Verchères vit une véritable renaissance depuis quelques années.

Par Marc-Antoine Malo

Située sur le bord du fleuve Saint-Laurent, la région est composée de trois villes (Sainte-Julie, Varennes et Contrecœur) et de trois municipalités (Verchères, Saint-Amable et Calixa-Lavallée). Fait intéressant, Sainte-Julie compte un peu plus de 30 000 habitants sur son territoire tandis que Calixa-Lavallée en compte tout juste 500, ce qui cause un déséquilibre assez important.

Grande de 347,8 km2, la circonscription de Verchères a une population totale de près de 78 000 habitants avec plus de 59 000 personnes étant éligibles à voter, selon des chiffres de 2017. La circonscription est nommée en l’honneur de Madeleine de Verchères, héroïne de la Nouvelle-France.

Très longtemps une circonscription libérale, le Parti québécois régit Verchères depuis 1976. Stéphane Bergeron est en poste depuis 2005 et son prédécesseur est Bernard Landry, ancien chef du Parti québécois et premier ministre de 2001 à 2005.

Pour cette élection de 2018, cinq candidats auraient déposé leur candidature officielle, selon le directeur du scrutin Mathieu Campion. Outre Stéphane Bergeron, Suzanne Dansereau (Coalition Avenir Québec), Jean-René Péloquin (Québec solidaire), Lisette Benoit (Parti conservateur du Québec), et Pierre-Olivier Downey (Parti vert du Québec) ont tous déposé leur candidature officielle. M. Campion affirme également être en contact avec deux autres candidats potentiels soit Agnieszka Wnorowska (Parti libéral du Québec) ainsi qu’un candidat du Nouveau Parti démocratique du Québec dont le nom reste à confirmer.  

Selon Mathieu Campion, la région a récemment subi un boom économique et démographique. En effet, plusieurs grandes compagnies et industries s’installent dans Verchères en raison de son positionnement géographique intéressant. Le port de Montréal possède maintenant une sous-division à Contrecœur et la zone industrielle de Verchères est de plus en plus productive. Même le géant Amazon s’implantera dans la région en ouvrant prochainement un grand centre de données ultrasécurisé à Varennes.

Du côté du tourisme, la circonscription peine à se trouver une identité propre et il manque d’attraits touristiques distinctifs capables de déplacer les gens, écrit Gabriel Laprade, responsable du bureau d’accueil touristique de Contrecœur et directeur de Culture C, une organisation sans but lucratif très impliquée dans le rayonnement de la culture dans Contrecœur. Rejoint par courriel, M. Laprade spécifie que c’est le cas de plusieurs régions qui sont périphériques à de grands centres.  

Tout ceci pour dire que l’émergence économique et donc l’augmentation de la population sont des enjeux essentiels pour les candidats. Depuis quelques années, l’accroissement démographique est même en haut de la moyenne nationale, particulièrement dans les municipalités bordant le fleuve. Le transport est un autre facteur d’importance puisque beaucoup de résidents de la région travaillent à Montréal, qui se situe à environ 20 minutes de Varennes et 45 minutes de Contrecœur.

Questionné sur le sujet, Gabriel Laprade mentionne que le défi du prochain député sera de s’assurer que l’essor de la région ne soit pas seulement économique, mais qu’il devra permettre de se démarquer de façon culturelle, communautaire, environnementale et touristique.