Fabre privée d'accès au Centre-ville

Libérale depuis 2003, la circonscription de Fabre située à l’ouest de Laval sera le théâtre du plus imposant projet de transport collectif depuis la construction du métro de Montréal. Portrait.

Puisqu’elle s’étend sur plusieurs quartiers de Laval, Fabre regroupe un électorat plutôt divers. Bien que l’ouest de Laval soit plus favorisé que le reste de l’île, on retrouve une réalité socio-économique bien différente lorsqu’on passe de Laval-Ouest à Laval-sur-le-lac, quartiers où on retrouvait les revenus moyens respectifs de 77 000$ et 323 000$, selon les données de statistique Canada datant de 2016.

La députée libérale sortante Monique Sauvé compte bien remporter Fabre pour une deuxième fois. Elle sera toutefois talonnée par la candidate caquiste Adriana Dudas. Nora Yata se présente pour Québec Solidaire tandis que Odette Lavigne sera la candidate péquiste.

Terminus pour le train

Les résidents de Fabre se déplacent surtout en voiture, mais 15,1% de ceux-ci choisissent le transport en commun pour se rendre au travail, soit 1,4% de plus que la moyenne québécoise. La présence d’une gare reliant l’ouest de Laval au Centre-Ville de Montréal par la ligne Deux-Montagnes en trente minutes en convainc plusieurs de laisser leur voiture à la maison lorsqu’ils doivent se rendre en ville.

Toutefois, le projet du Réseau électrique métropolitain (REM) viendra bousculer la vie quotidienne de tous les utilisateurs de cette ligne de train de banlieue. Ce nouveau moyen de transport en grande partie calqué sur la ligne Deux-Montagnes viendra totalement remplacer le chemin de fer.

« Mon temps de transport doublera pendant les travaux du REM »

-Patricia Miles, utilisatrice du train

Les conséquences des travaux du REM sur l’horaire de train se manifestent déjà alors plus aucun train ne circule la fin de semaine. Pour les utilisateurs, ce n’est que le début puisque le train arrêtera toute circulation pendant plusieurs années à compter de 2020. « Mon temps de transport doublera pendant les travaux du REM, constate Patricia Miles, résidente de Sainte-Dorothée. Presque deux heures pour me rendre au boulot, par beau temps. Imaginez l’hiver, ajoute-t-elle. »

« Je crois qu’il est impossible d’annuler le projet rendu là », dit François-Hugues Liberge, qui a participé à plusieurs consultations publiques sur le REM et qui verra les travaux de ce dernier effectués tout juste à l’arrière de sa maison. Seul le Parti Québécois propose de mettre fin au projet s’il est élu. « Mon seul espoir est qu’ils annulent la section lavalloise en raison de coûts de la modernisation des ponts et du passage dans le golf Laval-sur-le-Lac », soutient-il. Il ajoute que le train pourrait donc se rendre où le REM s’arrêterait dans l’ouest de Montréal.

La santé pour les aînés

L’état du Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de Sainte-Dorothée, où beaucoup de Lavallois non autonomes résident, a inquiété il y a quelques mois, après un reportage de TVA sur un « manque de personnel ». Une résidente souhaite toutefois remettre les pendules à l’heure sur les conditions de vie du CHSLD. « Je trouve que c’est un très bon CHSLD. C’est bien malheureux qu’ils se soient servis de nous pour faire ce reportage », affirme Denise Dion, résidente et bénévole au CHSLD de Sainte-Dorothée depuis 27 ans.

Bien qu’elle apprécie le fonctionnement de l’endroit où elle vit, Denise Dion est tout de même déçue de certaines décisions du ministre Barrette. « Des coupures ont fait qu’il n’y a plus de réceptionnistes la fin de semaine en ils ont relocalisé le centre de jour dans l’est de Laval ».

Un déséquilibre est d’ailleurs bien visible selon elle entre l’est et l’ouest de Laval . « L’ouest de Laval a toujours été défavorisé par rapport à l’est en termes d’accès aux soins de santé, croit-elle. Nous avons toujours été loin des hôpitaux, par exemple. »