Mont-Royal-Outremont : du pareil au même malgré la fusion

Les Québécois iront aux urnes dans exactement vingt jours et à moins d'un revirement de situation majeur, les libéraux menés par Pierre Arcand devraient l'emporter aisément dans la nouvelle circonscription de Mont-Royal-Outremont, un secteur de l'île qui arbore le rouge depuis 1973.

Avant d'officiellement fusionner suite à la plus récente refonte de la carte électorale, ces deux comtés avaient toujours été des châteaux forts libéraux. Et ça ne risque pas de changer de sitôt si l'on se fie aux chiffres récemment compilés par le site web Qc125. Selon leurs projections, les libéraux détiendraient l'avance avec environ 60% des voix, contre près de 18% pour la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ), Anne-Marie Gagnon, suivie d’Ève Torres avec 10% des suffrages. Finalement, le Parti québécois (PQ), représenté par Caroline Labelle, obtiendrait un maigre 5% des intentions de vote.

À Québec Solidaire, on prône l'optimiste prudent... et à long terme

Dans le clan orangé, c'est  la Franco-Québécoise Ève Torres qui briguera un premier mandat le 1er octobre prochain. En tant que première femme voilée à se présenter lors d'élections provinciales québécoises, la candidate solidaire désire améliorer l’accès aux logements et favoriser l’intégration des nouveaux arrivants. Elle aura la lourde tâche de déloger l'actuel ministre responsable de l’Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes, Pierre Arcand, qui tentera de remporter un cinquième mandat consécutif. Il agit également à titre de ministre responsable de la Côte-Nord et de président du Conseil du trésor.

Ève Torres désire notamment améliorer l’accès aux logements si elle est élue.

Plutôt réaliste, le responsable aux évènements de la campagne d'Ève Torres, Charles-Vannak Dupin-Létourneau, est conscient de l'ampleur du défi.

« Est-ce qu'on a une chance de remporter une première élection avec Ève [Torres]? Non. On se permet de rêver parce qu'on est sur le terrain et les gens nous en remercient. Tout peut se passer le jour du vote, ça reste aléatoire. Sauf que notre vision est définitivement plus à long terme » indique-t-il.

Environnement et justice sociale, le nerf de la guerre?

Selon Dupin-Létourneau, les résidents de Mont-Royal-Outremont s'intéressent aux enjeux environnementaux dans cette campagne et souhaitent obtenir une meilleure justice sociale.

« L'environnement est vraiment une très grosse priorité dans cette circonscription, en plus de tout ce qui touche à la justice sociale. On le sent quand on parle aux gens sur le terrain. Une partie de Côte-des-Neiges est dans notre comté et c'est un des quartiers les plus défavorisés de Montréal donc il y a réellement un paradoxe. Même les gens dans les coins plus aisés sont conscients que quelque chose ne fonctionne pas avec la méthode actuelle. Leurs taxes servent à alimenter un système désuet et ils ne voient jamais les bienfaits des impôts qu'ils payent. Il y a une écoeurantite qui s'installe tranquillement dans Outremont. »

Avec un revenu moyen de 113 445$, comparativement à 77 306$ à l'échelle de la province, l'écart des revenus est une des réalités non négligeables de cette circonscription nouvellement dessinée.

Les grands chantiers au coeur du débat

Lors de son investiture en juin dernier, M. Arcand avait été très clair quant aux priorités de son parti au sein de la nouvelle circonscription.

« Plusieurs dossiers majeurs sont menés par notre gouvernement, que ce soit l’agrandissement de l’Hôpital général juif, le développement du complexe des Sciences de l’Université de Montréal, la modernisation du CHU Sainte-Justine, le déploiement de super-cliniques et la rénovation de cinq écoles de Ville Mont-Royal pour lesquelles les chantiers de construction démarreront au cours de l’été », avait-il alors déclaré.
Les travaux de construction de la future station Édouard-Montpetit du REM, qui ont débuté au cours de l'été.

Le vieillissement inquiète également

Le docteur Francis Aboussouan traite des centaines de patients dans la clinique qu'il a aménagée dans le sous-sol de son domicile, avenue Glencoe. C'est sans compter ses visites fréquentes à l'Hôpital général juif et au CLSC Saint-Louis du Parc. Le constat est clair : ses patients se font vieux et se multiplient à un rythme effréné.

« La population vieillit dans notre quartier, c'est évident. J'ai dû arrêter d'accepter de nouveaux patients puisque j'allais me tuer à la tâche. Je me fais vieux moi aussi, la retraite approche! » lance à la blague l'homme de 63 ans.
La clinique de M. Aboussouan, donnant sur le côté de son domicile et menant au sous-sol.

M. Aboussouan se dit donc en faveur d'investissements massifs en santé, lui qui voit quotidiennement les répercussions d'un manque de ressources sur ses concitoyens.

Reste à voir si la question du REM, des CPE ou de la revalorisation de certains secteurs commerciaux prendront le dessus sur les enjeux énoncés précédemment, alors que bien des problématiques semblent s'être ajoutées aux débats déjà existants dans Mont-Royal-Outremont.

Mon joli minois en compagnie de Pierre Arcand.