Circonscription de Maurice-Richard : la famille au coeur des préoccupations

Le prolongement controversé de l’autoroute 19, la disparition des services psychosociaux au CLSC d'Ahuntsic, des écoles devenues vétustes: voici les enjeux phares dans Maurice-Richard pour les prochaines élections provinciales. Portrait d’une circonscription où la famille prime.


Le projet de prolongement de l’autoroute 19 est sur toutes les lèvres dans Maurice-Richard. Le premier ministre, Philippe Couillard, promettait en avril dernier d’ajouter un tronçon de 8 km à l'autoroute 19 entre le boulevard Dagenais, à Laval, et le boulevard Industriel, à Bois-des-Filion. Cependant, le projet est encore loin de se concrétiser.


«Le prolongement ne se fait pas chez nous mais il y aura des impacts chez nous», expose la mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier. En effet, une augmentation de l’affluence sur l’A-19 au nord de Montréal signifierait un plus grand nombre de voitures sur les routes de la circonscription.  


L’impact environnemental d’une circulation plus abondante sur les routes inquiète des groupes de citoyens. «On est plus à l’air où il faut penser à déplacer des voitures, on est à l’air où il faut déplacer des personnes, dit la porte parole de la Coalition pour un boulevard Papineau, Mélanie Busby. La façon la plus efficace de le faire c’est avec des transports collectifs.», poursuit-elle.  

Les candidats des différents partis ont rencontré les citoyens dimanche dernier dans la circonscription Crédits : Thomas Dufour
«On est plus à l’air où il faut penser à déplacer des voitures, on est à l’air où il faut déplacer des personnes.» - la porte parole de la Coalition pour un boulevard Papineau, Mélanie Busby.

Une rue de la circonscription de Maurice-Richard Crédits : Thomas Dufour 


La mairesse de l’arrondissement déplore la migration des services psychosociaux du CLSC d'Ahuntsic vers celui de Montréal-Nord. « À Ahuntsic-Cartierville, pour 134 000 personnes, on se retrouve en théorie sans accueil psychosocial sur notre territoire», exprime Émilie Thuillier.

La structure trop imposante des CIUSSS et des CISSS seraient elle aussi un problème dans la circonscription, selon l’Association du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS). «Les gens du nord de l'Île qui essaient d’avoir des services de dotations ou par l’employeur, ce sont les douze travaux d’Astérix. T’as pas de retour, il y a eu beaucoup de coupures. Pour moi, ces grosses boîtes-là, ça a pas de bon sens.», relate le représentant national pour l’APTS Daniel Dubé.

Il précise toutefois que la proximité entre le CLSC d’Ahuntsic et celui de Montréal-Nord rend la mutation de services moins importante pour le citoyen que celle qui pourrait être vécue avec une centralisation accrue des CIUSSS et des CISSS au cours des prochaines années.

La rue Dupont où les candidats dans Maurice-Richard ont rencontré le public dimanche en soirée Crédits : Thomas Dufour

Des écoles vétustes


L’état des établissements scolaires dans Maurice-Richard est un enjeu clé dans cette circonscription où résident de nombreuses familles. «Il y a la désuétude des écoles, presque toutes les écoles ont été agrandies au niveau primaire et la seule école secondaire va bientôt exploser », rapporte la mairesse.


L’élue municipale souhaite que la commission scolaire obtienne plus d’argent du gouvernement provincial afin de pouvoir acheter des terrains et construire des écoles.

Le journaliste Thomas Dufour lors de sa couverture de l'actualité dans Maurice-Richard dimanche dernier Crédits : Thomas Dufour