Marie-Victorin: le transport dans la ligne de mire

Souvent associée au bleu royal du Parti québécois (PQ) en campagne électorale, la circonscription de Marie-Victorin, dans Longueuil, pourrait donner son appui au bleu poudre de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans ce qui s’annonce comme une chaude lutte.

Les électeurs de la circonscription, qui ont voté en majorité pour le PQ depuis 1985, ont porté au pouvoir la plus jeune députée de l’Assemblée nationale, Catherine Fournier, lors d’une élection partielle, en 2016.

Cette fois-ci par contre, l’opposition de la caquiste Martyne Prévost pourrait venir compliquer les choses pour le parti de Jean-François Lisée.

Selon le site de compilation de sondages QC125, Catherine Fournier n'aurait qu'une avance d'environ 2% du vote si les élections avaient lieu aujourd’hui.

Priorité transport

Au menu dans cette circonscription pivot: le transport, le logement social, le développement de l’entreprise aéronautique et l'éducation, a lancé la mairesse de la Ville de Longueuil, Sylvie Parent, lors d’une allocution mardi à l’Hôtel Sandman, non loin de la station de métro Longueuil-Université-de-Sherbrooke.

La mairesse de la Ville de Longueuil, Sylvie Parent

Pour elle, c’est priorité «transport», surtout à une époque où «le parc automobile de l’agglomération augmente à un ratio trois fois supérieur à celui de sa population», a-t-elle analysé.

La mairesse a invité les partis politiques à se pencher sur le prolongement de la ligne jaune du métro à l’est et au sud, précisant que ce n’était «pas un caprice».

Les derniers travaux majeurs sur la ligne jaune ont été menés en 1967, lors de la construction de l’actuelle station Longueuil-Université-de-Sherbrooke

«Présentement, il n’y a rien à l’est, a-t-elle observé. C’est complètement engorgé et il y a des travaux majeurs qui s’en viennent.»

«Il y a un déséquilibre qui s’est créé avec le temps, a-t-elle poursuivi. On ne l’a pas vu venir ou on n’a pas voulu investir. Et là, ils faut qu’on agisse rapidement.»

L’investissement du provincial dans un tramway qui circulerait sur le boulevard Taschereau est aussi primordial, a affirmé la mairesse.

Le président de l’organisme de promotion du transport collectif Trajectoire, François Pépin, a fait entendre un même son de cloche en entrevue.

«Longueuil a été délaissé depuis les années 1980, a-t-il affirmé. Il y a eu très, très peu de développement du transport collectif.»

«Si on veut renverser la tendance de l’auto solo à tout prix, a repris M. Pépin. Il faut donner le plus d’options possible à l’intérieur même de Longueuil. Pour que les gens puissent facilement laisser leur auto à la maison.»

Un toit pour tous

La mairesse de Longueuil a aussi voulu mettre le doigt sur le manque en logement social. «Les besoins sont grands et les ressources insuffisantes, a dit Mme Parent. L’agglomération réclame depuis des années que la Société d'habitation du Québec lui attribue 300 unités par année pour une période minimale de cinq ans.»

«Nous réclamons du gouvernement une décentralisation des responsabilités et des budgets en matière de logement social», a-t-elle ajouté.

Marie-Victorin est le 118e comté le plus pauvre de la province — 125 au total — en termes de revenu des ménages, selon le recensement canadien de 2016. Près de 40% des ménages engrangent moins de 40 000$ par année, selon les données du Directeur général des élections du Québec (DGEQ).