Les libéraux perdent leur avance à Trois-Rivières

Un vent de changement souffle sur la circonscription de Trois-Rivières puisque tous les sondages convergent vers le candidat caquiste Jean Boulet au-devant de son adversaire libéral Jean-Denis Girard. Promesses, engagements et sorties publiques s’enchainent chez les concurrents dans le but d’obtenir la confiance de la population.

Les candidats à Trois-Rivières ont le défi commun de se faire connaitre parmi les citoyens, mentionne le sociologue et professeur Daniel Landry. Chacun d’eux est connu dans leur milieu respectif, mais peu aux yeux des électeurs.

C’est d’ailleurs le cas de Jean Boulet, candidat arborant les couleurs de la Coalition Avenir Québec (CAQ), qui plonge dans sa première expérience en politique. «Il est davantage connu par le monde des affaires, mais moins au niveau de la population», soutient M. Landry.

Dès le début de la campagne, Jean Boulet s’est engagé à donner un second souffle au centre-ville en exprimant le désir de revitaliser le tronçon de la rue Royale. Il a l’ambition de convertir ce secteur en quartier des affaires et de l’innovation afin d’attirer une nouvelle clientèle pour encourager cette sphère économique.

Actuellement, les immeubles qui se trouvent sur une partie de la rue Royale sont inoccupés et les vitres sont tapissées d’affiches à louer. | Crédit Photo: Emmanuelle LeBlond

À ce stade-ci, la campagne électorale tourne autour de Jean Boulet. Une vague caquiste semble avoir pris d’assaut l’ensemble de la Mauricie, car la CAQ domine dans tous les comtés de la région. Cette popularité illustre le fort intérêt que les Trifluviens ont envers le potentiel parti au pouvoir.

Une île au cœur des engagements

L’aspirant libéral Jean-Denis Girard mène une chaude lutte contre son opposant caquiste. En cette phase préélectorale, il profite de l’exposition que lui ont permise ses quatre années de mandat afin de se faire valoir. L’un de ses plus gros engagements vise la mise à niveau des infrastructures du parc de l’île St-Quentin. Il concentre donc ses énergies vers le système d’aqueduc et d’égout qui s’avèrent être défectueux. La protection des berges est une partie intégrante de son projet.

Tout comme M. Girard, Marie-Claude Camirand a aussi à cœur le renouvellement de l’île St-Quentin. La candidate péquiste aspire à encourager le développement de l’hébergement en axant le tourisme vers le camping. Elle bonifie ainsi l’offre de son rival.

 L’île St-Quentin est un endroit où les vacanciers ont un contact direct avec la culture, la nature, à des jeux et des activités sportives. | Crédit Photo: Emmanuelle LeBlond

Les intentions des politiciens font le bonheur de Line Bourgeat, coordonnatrice des loisirs, du partenariat et des communications du parc de l’île St-Quentin. «De voir que les candidats constatent l’engouement que les citoyens ont envers l’île, ça permet de développer le site comme il le mérite, confie-t-elle. L’île a été délaissée pendant longtemps et cet intérêt lui redonne le regain d’énergie dont elle avait besoin.»

Vers une économie plus verte

Le portrait ne serait pas complet sans parler de Valérie Delages, candidate chez Québec Solidaire (QS). L’enjeu de l'environnement est au cœur de sa campagne. Cette militante souhaite mettre de l’avant une économie verte, notamment en renforcissant le réseau de transport collectif sur l’axe reliant le nord au sud, soit de La Tuque à Trois-Rivières.

Les candidats de Québec solidaire en Mauricie souhaitent créer le Réseau de transport TransMauricien dans l’objectif d’offrir un service de transport collectif accessible.| Crédit Photo: Emmanuelle LeBlond

«Le parti est conscient qu’il ne va pas gagner, mais il a de plus en plus d’effervescence à son égard», conclut M. Landry qui reconnait toutefois que QS connait une hausse élection après élection, mais elle n’est pas suffisante pour battre ses adversaires.

La journaliste sur le terrain!