Laval-des-Rapides: les enjeux d'une circonscription baromètre


Que ce soit par un vote sans équivoque ou une course serrée, les résidents de Laval-des-Rapides « remportent » leurs élections coup à coup. Portrait d’une circonscription qui pourraient déroger de ses habitudes le 1er octobre.

Depuis 1981, donc les 10 dernières élections, les électeurs de Laval-des-Rapides ont su élire un député issu du parti qui est sorti gagnant. Après une période qui a avantagé le Parti québécois au cours des années 90, la circonscription a pris les allures d’une forteresse libérale depuis 2003. Alain Paquet a été élu à trois reprises avant d’être défait par le jeune Léo Bureau-Blouin à la suite du printemps érable qui a ébranlé tout le Québec.

Après un bref mandat péquiste, le libéral Saul Polo a été élu en 2014, recueillant plus de 44% des voix. L’adjoint parlementaire au ministre des Finances tentera d’entamer un second mandat le 1er octobre prochain. Il semble sur la bonne voie, pour l’instant. Selon les plus récents sondages du site Web Qc125, M. Polo détient 32,7 % des intentions de vote, ayant 3 % d’avance sur son adversaire caquiste Christine Mitton, à 29,8 %. La Coalition avenir Québec pourrait réaliser une première percée sur cette portion du territoire lavallois si elle parvient à combler son retard. Toutefois, avec une marge d’erreur de plus ou moins 4 %, rien n’est joué.

Le candidat péquiste Jocelyn Caron compterait pour sa part sur 21,4 % des votes, alors que la représentante de Québec solidaire, Graciela Mateo est loin derrière avec 9,2 %.

Enjeux à surveiller

Pour l’agente de milieu de la RUI Pont-Viau, Françoise Légaré-Pelletier, une attention particulière devra être accordée aux multiples « poches » de pauvreté. « Il y a tout l’aspect de la lutte à la pauvreté qui devrait être poussé grandement. On est dans un secteur qui vit de la défavorisation sociale et matérielle », indique-t-elle.

L’appui financier aux organismes communautaires pour être une des solutions pour générer de l’emploi et favoriser l’accès à l’éducation. « On est un secteur où il y a beaucoup d’organismes communautaires qui aident les gens du quartier », affirme M. Légaré-Pelletier, en ajoutant que la scolarité,  « c’est un moyen pour sortir du cycle de la pauvreté. »

Selon une intervenante locale, l'accès à l'éducation devra être une priorité. | Photo : Laurent Lavoie

L'intégration des nouveaux arrivants sera également un enjeu que devront garder à l'oeil les candidats de la circonscription. Plusieurs ont recours à des cours de francisation. « Il y a toujours une difficulté de communication. La langue c'est quand même un des piliers importants pour l'intégration. C'est sûr que c'est important », souligne Adreef, adjoint à la francisation au Carrefour d'intercultures de Laval.

1395 personnes ne parlaient ni anglais ni  français dans la circonscription de Laval-des-Rapides en 2016, selon Statistique Canada.
L'enjeu du transport sera un incontournable pour les candidats de Laval-des-Rapides. | Photo: Laurent Lavoie

Sans aucun doute, le point du transport à Laval-des-Rapides sera un incontournable pour les candidats.  « Beaucoup de personnes dans le quartier ici utilisent le transport en commun. On a de la chance avec le métro, des lignes d’autobus. Je pense que les gens attendent des solutions pour éviter le trafic dans les différents liens », lance Françoise Légaré-Pelletier.  

Coucou, Christine.