Bourget revendique une plus grande accessibilité

Considérée comme une forteresse péquiste, la circonscription de Bourget, dans l’est de Montréal, « a connu de meilleurs jours, mais a énormément de potentiel à développer », selon le maire de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Pierre Lessard-Blais. Portrait d’un quartier où la santé et les transports en commun sont au cœur des préoccupations.

Le 1er octobre prochain, les 50 000 électeurs de la circonscription pourront voter pour leur candidat préféré parmi les quatre qui se disputent la place de député qu’occupe Maka Kotto au sein du Parti québécois depuis 2008. Alors que la Coalition Avenir Québec est représentée par Richard Campeau, le Parti libéral du Québec peut compter sur Vincent Girard. Pour sa part, Marlène Lessard porte les couleurs de Québec Solidaire pour une troisième campagne électorale.

« L’épée de Damoclès »

Au cœur du comté, où plus de la moitié des citoyens se rendent au travail en auto, la question du transport en commun est sur toutes les lèvres. « Les gens vivent déjà des problèmes de congestion et lorsqu’ils ne sont pas dans leur voiture, ils vivent l’impact de la congestion dans leur quartier et ça a un impact sur la qualité de vie », met de l’avant le maire, qui considère que l’investissement et le développement d’un axe est-ouest est une priorité pour les habitants de l’est de l’île.

Selon un Zoom santé publié par l'Institut de la statistique du Québec, un jeune sur cinq âgé entre 12 et 24 ans passe 35 heures ou plus par semaine devant leurs écrans. Du temps précieux qui n'est pas consacré aux différentes activités physiques. 

Une santé pour tous

La santé est également une des principales préoccupations de la circonscription. Depuis plusieurs années, Maka Kotto réclame en assemblée, pour le tiers des habitants qui en sont privés, plus de places auprès des médecins de famille. Contrer cette inégalité permettra notamment de réduire le fossé qui sépare l’est de la ville, où l’espérance de vie est jusqu’à neuf fois plus courte et l’ouest. « Malheureusement, monsieur Kotto est dans l’opposition depuis plusieurs années. Alors même s’il s’agit d’un aspect qui le préoccupe, il y a très peu d’améliorations qui ont été faites », justifie la directrice générale de l’organisme Mercier-Ouest en Santé, Mireille Giroux.

Même si les aînés représentent 16% de la population, Mireille Giroux considère les jeunes prioritaires. « Dans les statistiques, les jeunes du quartier sont parmi ceux où il y a le moins d’activité physique et le plus de temps d’écran », s’inquiète-t-elle, puisque ce phénomène provoque notamment des problèmes d’hypertension artérielle, de surplus de poids et de troubles du sommeil.

Un frein économique

La contamination d’une grande partie des sols de l’est de Montréal est, selon Pierre Lessard-Blais, un enjeu à mettre davantage de l’avant dans la campagne électorale. « On a plusieurs terrains vacants qui ont un potentiel de développement économique extrêmement fort, mais à cause des frais de décontamination, les projets de développement immobilier et économique ne peuvent pas lever », explique-t-il.

Les projections de vote donnent la victoire à Maka Kotto et le Parti Québécois, mais peu importe qui prendra les devants, « les citoyens méritent un élu qui va se tenir debout et réclamer haut et fort des améliorations pour leur quartier », conclu le maire.

Après avoir laissé passer trois piétons, deux cyclistes et trois automobiles, j'ai pu prendre un égoportrait devant la pancarte de Maka Kotto sans trop de gêne.