Circonscription de Viau : la diversité comme particularité

Se balader dans les rues de la circonscription de Viau depuis la station Saint-Michel, entre les boulevards Pie IX et Papineau, revient presque à se balader à travers le monde. Commerces asiatiques, restaurants méditerranéens, boulangeries maghrébines et églises pour toutes les religions, le quartier est connu pour sa diversité. Dans cette pluralité d’origines et de domaines, chacun doit trouver sa place.

Dans le secteur industriel de la circonscription de Viau.

"Depuis la fondation de la circonscription, Viau est un bastion libéral. Excepté pour un mandat en 1976 où il y a eu le parti québécois", analyse Frédéric Dalphond, directeur adjoint du scrutin. Cet organisme actif pendant les élections provinciales et municipales a pour but de veiller au bon fonctionnement de celles-ci. "Nous devenons le plus gros employeur du Québec en recrutant entre 500 et 700 personnes. Il faut penser à installer des bureaux de votes accessibles pour les handicapés, pour les malvoyants. Pour cette circonscription spécifiquement, nous avons prévu un personnel bilingue". En effet, Viau a comme particularité son multiethnisme. D'après les statistiques du Québec de 2016, 47% des presque 70 000 habitants sont issus de l'immigration contre 13,7% en moyenne au Québec et 57% d'entre eux sont d'une minorité visible. "Viau est la circonscription la plus multiculturelle de la province. Le français est souvent la deuxième langue dans les familles. Ici, on parle espagnol, arabe, créole, vietnamien", rend compte le directeur adjoint. Une particularité qui pose parfois problème dans certains domaines. "Parfois, il y a un réel problème de communication, affirme Bouchra directrice d'une garderie sur le boulevard Saint-Michel. Pas chez les enfants, ils n’ont aucun souci de ce côté. Mais les parents utilisent la garderie comme un moyen de faire parler leur enfant dans une langue différente de celle parlée à la maison mais c’est tout [56,5% sont francophones contre 82,3% au Québec]. Et parfois, ils ne veulent pas écouter quand on remarque un problème et qu’il faudrait traiter dès le plus jeune âge."

Depuis le boulevard Jean Talon, circonscription de Viau.

En plus de cette pluralité, s'ajoute un fort taux de pauvreté. 44% des ménages gagnaient moins de 20 000$CA en 2015 contre 31 000$CA en moyenne au Québec. "On ne le voit pas dans les rues. Les mendiants savent qu'ici, il n'y a pas d'argent à ramasser, s'exclame Frédéric Dalphond. De plus, la circonscription est vaste et englobe des secteurs très différents : du coin industriel avec des gros complexes, à celui plus intime avec des commerces spécifiques." Comme sur le Boulevard Jean Talon par exemple. "Ce n’est pas moi qui ai choisi la place, c’est la place qui m’a choisi", s’exclame fièrement Ali, qui tient le dépanneur de la 15èmeavenue depuis vingt ans. "J’ai vu le quartier évoluer. Des nouvelles populations sont arrivées ces derniers temps : des algériens, tunisiens et marocains. Viau est devenu plus équipé et occupé. C'est bien pour mon business." Et au niveau des élections ? "Je veux quelqu’un d’honnête. On parle beaucoup en politique mais il n’y a aucune action."

La carte de la circonscription de Viau, éditée en mai 2018.

"Pour le moment, nous avons validé les candidats du parti libéral du québec, de la coalition avenir québec, du québec solidaire et du nouveau parti démocratique du québec, avance Frédéric Dalphone. Les partis ont jusqu'au 15 septembre pour appliquer". De son côté, il espère que le taux de participation augmentera cette année. Ces deux dernières élections, il atteignait environ 60%, pour en moyenne 41 000 électeurs inscrits. " On fait tout pour que tout le monde puisse voter, notamment avec nos 111 secteurs de vote". Alors rendez-vous les 23 et 24 septembre pour les votes par anticipation et le 1er octobre pour le jour des élections.

Egoportrait.