Enjeux électoraux dans Verdun; des promesses en éducation chez QS et la CAQ


Avec ses 69 229 habitants et ses 17 865 familles recensés en 2016, Verdun est une circonscription qui prône le vivre-ensemble. La santé, l’éducation et l’environnement font partie des enjeux électoraux primordiaux de cette campagne, selon le maire de l’arrondissement Jean-François Parenteau. « Il y a, par exemple, un coup de barre qui doit être donné à l’ensemble des commissions scolaires, qui devraient travailler de pair avec les municipalités », illustre-t-il.

La préoccupation concerne surtout le décrochage scolaire, dont le taux est de 34% à Verdun, alors que 24 % de la population y est âgée de moins de 25 ans. Québec Solidaire et la Coalition Avenir Québec s’entendent tous deux pour dire que le décrochage scolaire dans cette circonscription sera un enjeu pris très au sérieux, si leur gouvernement est élu.

Une des principales promesses électorales de la Coalition Avenir Québec (représentée par Nicole Leduc dans Verdun) ; abolir les commissions scolaires. Un engagement qui comporte son lot de lacunes, d’après Jean-François Parenteau. « Les programmes en éducation doivent relever des commissions scolaires, pas du ministère de l’Éducation », croit-il fermement. Québec Solidaire (représenté dans Verdun par Vanessa Roy) voudrait, quant à eux, une gratuité scolaire du CPE au doctorat. C’est, pour le maire de Verdun, une proposition intéressante, si le travail est fait en amont. « Ici, la gratuité n’est pas garant qu’il y aura une diplomation à plus grande échelle, même si les personnes qui se « saignent » pour envoyer leurs enfants à l’école seront soulagées », estime Jean-François Parenteau.

Selon Glenn Rubenstein, directeur de L’Ancre des jeunes - une maison d’accueil pour les décrocheurs scolaires en difficulté - il reste beaucoup à faire pour contrer le problème de décrochage scolaire à Verdun, et ce, même si plusieurs démarches ont été entreprises depuis les dernières décennies. Comme beaucoup d’organismes à but non lucratif, l’Ancre des jeunes a souffert des gels de financement, datant des premières années d'austérité du gouvernement Couillard. « Il y a eu des baisses de financement en général, mais on peut noter un effort important de réinvestissement en éducation depuis les deux dernières années », explique-t-il, croyant que le décrochage scolaire est une réalité qui fait appel à l’égalité des chances et à la justice sociale.

L'Ancre des jeunes aide à prévenir le décrochage scolaire dans Verdun.

Jean-François Parenteau est d’avis que l’enjeu environnemental n’est pas discuté à la hauteur de ce qu’il devrait être, à ce stade-ci de la campagne. « C’est complètement déplorable. On a l’occasion de faire un changement de paradigme énorme », affirme le maire de Verdun, qui est aussi responsable de l’environnement à la Ville de Montréal et travaillait aux côtés d’Isabelle Melançon, députée de Verdun sous le gouvernement libéral sortant. « Mme Melançon a eu un mandat très court [18 mois] mais exceptionnel. Son expérience antérieure en politique lui permettait de faire avancer rapidement les dossiers », se souvient-il.

L'environnement devrait être un enjeu électoral primordial, selon le maire Jean-François Parenteau.


Moi, tout sourire, devant une pancarte électorale de la Coalition Avenir Québec!