En Acadie, une élection jouée d’avance ?

Dans la circonscription Acadie, le Parti libéral du Québec n'a jamais perdu une élection.

Dans la rue Ouest Fleury qui traverse la circonscription Acadie, le magasin chaussures Leclair fonctionne bien même le dimanche. Le gérant Patrick Leclair, ne connaît pas la députée de cette circonscription où il tient son commerce, pourtant selon lui, celle-ci « doit faire du très bon travail puisqu’ici tout va bien ». La députée se nomme Christine St-Pierre, elle a été réélue aux dernières élections provinciales de 2014 avec plus de 70% des voix en sa faveur. Et Mme St-Pierre compte bien briguer un cinquième mandat consécutif de député dans cette circonscription, qui est considérée comme un bastion du Parti libéral du Québec, qui la détient depuis sa création en 1972. Pour se faire élire à nouveau, la députée pourra notamment profiter de son expérience de ministre des Relations internationales et de la Francophonie du Québec et de ministre de la région des Laurentides.

Les pancartes de la candidate du Parti québécois, Farida Sam, sont présentes à chaque coin de rue.

Face à elle sept autres candidats sont présents : Viviane Martinova-Croteau représentera Québec solidaire (QS), Sophie Chiasson, la coalition avenir Québec (CAQ), Jocelyn Chouinard, le parti conservateur du Québec, Yvon Breton, le parti marxiste-léniniste du Québec, Faridam Sam, le parti québécois et Laurence Sicotte, le parti vert. Dans la circonscription, les affiches de la candidate du parti québécois sont les plus présentes. Mais pas sûr que cela ne suffise pour renverser la candidate libérale surtout dans une élection où il ne semble n’y avoir aucun enjeu clivant.

C'est dans ce bâtiment qu'est formé le personnel qui s'occupera de recueillir les votes.

Même si ces élections semblent jouer d’avance en Acadie, démocratie oblige, les bureaux de vote devront accueillir, le 1eroctobre, près de 47 000 votants. Alain Boucher, est en charge des finances dans le recrutement des personnes qui s’assureront du bon déroulement du vote, il indique : « Le 1eroctobre, près de 25 bureaux de vote seront ouverts en Acadie, surtout dans les écoles, près de 100 personnes seront mobilisées ce jour-là. » Toutes ont reçu des formations de deux, trois ou cinq heures, selon les postes. « Il faut aussi prévoir du personnel pour aller chez les personnes qui ne peuvent pas se déplacer mais également dans les maisons de retraite », précise Alain Boucher.

Tous ceux qui travaillent désormais pour le gouvernement provincial, ont dû signer un serment dans lequel ils s’engagent à ne pas tenir compte de leurs opinions politiques. « Chacun a des opinions personnelles, c’est normal, mais ici on a pour règle de ne jamais en parler », souligne le responsable des finances. Il n’y a pas de prérequis pour travailler dans un bureau de vote, il faut simplement avoir plus de 18 ans, posséder la nationalité canadienne, toujours être pourvu du droit de vote et parler français. A chaque bureau de vote, trois personnes vont s’assurer que personne ne fraude, ces individus vont être choisis au hasard pour qu’ils ne se connaissent pas. La rémunération varie de 16 à 23$ selon les postes. Des emplois qui sont nécessaires pour assurer le fonctionnement d’une démocratie.